Le mont Royal, un territoire-exposition

Accueil /Histoire et architecture /Grand Séminaire de Montréal

  • Fiche découverte
  • Diaporama
  • Audio-Vidéo

La chapelle du Grand Séminaire de Montréal

Reconnue comme l’une des œuvres de style beaux-arts les plus achevées de la ville, la chapelle du Grand Séminaire, dans toute sa sobriété, ne laissera personne indifférent. De superbes stalles de chêne sculptées à la main bordent la nef.

Le domaine des Sulpiciens sur la montagne a connu d’autres chapelles, dont la plus ancienne, en bois, fut érigée en 1681. La chapelle actuelle a été construite entre 1904 et 1907, selon les plans de l’architecte de renom Jean-Omer Marchand.
 

Découvrez les lieux

  • La chapelle est accessible au public de juin à août dans le cadre de visites guidées.
  • Venez assister aux concerts donnés dans la chapelle durant le Festival des couleurs et de l’orgue français en octobre.

Credit photo:

La chapelle du Grand Séminaire de Montréal.
Photographe : Zénon Yelle, p.s.s.

Le Grand Séminaire de Montréal
Photographe: Zénon Yelle, p.s.s
© Univers Culturel de Saint-Sulpice

 

Tour du Fort de la Montagne
Photographe : Samuel Montigné
© Collection Les amis de la montagne

Portail de la Chapelle du Grand Séminaire de Montréal
Photographe : M. Zenon Yelle, p.s.s
© Univers Culturel de Saint-Sulpice

La Chapelle du Grand Séminaire de Montréal
Photographe : M. Zenon Yelle, p.s.s
© Univers Culturel de Saint-Sulpice

4048Kb

Télécharger Adobe Flash Player

Le Fort de la Montagne

En pleine ville, bordant la rue Sherbrooke, deux tours de guet en pierre.
Elles sont les seuls vestiges du Fort de la Montagne et témoignent des premières années de la fondation de Ville-Marie.

Le but des fondateurs de Montréal était de créer une mission où les immigrants français et les autochtones pourraient vivre en harmonie, dans la foi chrétienne. En 1676, les sulpiciens, seigneurs de l’île de Montréal, avaient construit un fort en bois sur le flanc sud-est du mont Royal afin d’y établir les Amérindiens convertis.

La mission amérindienne du Fort de la Montagne comptera plus de 200 Amérindiens, établis sur place, dans des maisons longues entourées d’une palissade en bois.

En 1681, François Vachon de Belmont, missionnaire sulpicien, fut envoyé de France pour prendre en charge cette mission. Près du premier fort en bois, il en fait élever un second, de forme rectangulaire, constitué de murs en maçonnerie et flanqué de quatre tours aux angles; au centre de cette enceinte, il fait construire une maison pour les missionnaires sulpiciens et une chapelle dédiée à Notre-Dame-des-Neiges.

Vachon de Belmont enseignait les matières de base aux garçons amérindiens du Fort. Les sœurs de la Congrégation de Notre-Dame faisaient quant à elles la classe aux filles, dans l’une des tours.

Aujourd’hui, les tours du Fort de la Montagne et le Grand Séminaire forment une oasis d’histoire au cœur de la ville.