Le mont Royal, un territoire-exposition

Accueil /Regards et points de vue /La croix du mont Royal

  • Fiche découverte
  • Diaporama
  • Audio-Vidéo

Petite histoire de la croix du mont Royal

Cette croix lumineuse fait partie du paysage montréalais depuis 1924. Elle rappelle le geste de De Maisonneuve, qui avait planté une première croix en bois sur la montagne en 1643. Le Gouverneur de l’île souhaitait ainsi remercier Dieu d’avoir protégé Ville-Marie des inondations.

La croix actuelle a été érigée par la Société Saint-Jean-Baptiste, avec les fonds d’une souscription publique. Le projet initial du prêtre sulpicien Pierre Dupaigne comportait une plate-forme d’observation dans les bras de la croix et une base en pierres de taille. Le projet restera inachevé faute de moyens financiers suffisants. Tournée vers l’est, la croix marque l’appropriation symbolique de la ville par les francophones.

 Le saviez-vous?

  • Avec ses 30 mètres de hauteur, la croix culmine à 251 mètres d’altitude.
  • Elle est visible à 80 km de distance.
  • Elle s’illumine en pourpre à la mort d’un pape.

Comment y accéder

  • Depuis la maison Smith, empruntez le chemin Olmsted en direction du chalet et parcourez la boucle du sommet qui vous mènera à la croix (2,5 km, 40 minutes).

 Crédit photo:

Projet de la croix du mont Royal,
Pierre Dupaigne, 1924
Annexe A -Services des parcs; tiré de Le Petite Journal, 2 oct. 1949


 


Questions :

(1) La croix du mont Royal est visible jusqu'à 80 kilomètres.

Réponse Vrai

(2) La croix actuelle commémore celle antérieurement plantée par Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve.

Réponse Vrai

"Le Sieur de Maisonneuve transportant la croix sur le mont Royal, Québec", 1933
Aquarelle par Lawrence R. Batchelor
© Archives nationales du Canada / C-005078

 

 

 

 

Timbre de la "croix du Mont-Royal'
© Société Saint-Jean Baptiste de Montréal
 

Plan Original de Pierre Dupaigne, p.s.s, sans date
La montagne en question p.22

Projet de parachèvement de la croix, 1927
© Bibliothèque et Archives nationales du Québec

La croix au sommet du Mont-Royal
Carte postale ancienne
© Collection les amis de la montagne

Une croix immense domine la ville, 1964
Montréal 64, mai, p.20

La croix du Mont-Royal
Illustration de Béatrice Lapointe
 

La croix dans le brouillard
Photographe: Karine Gagné
© Karine Gagné

La croix du Mont-Royal
Illustration de Samuel Villanove
 

La croix du mont Royal depuis la tour de l'horloge
Photographe: Andrew Dobrowolskyj
© Collection les amis de la montagne

Le parc du mont Royal
Photographe: Samuel Montigné
© Collection Les amis de la montagne

4048Kb

Télécharger Adobe Flash Player

La croix et antennes

Nous sommes en 1642. C’est Noel, Il pleut. Les eaux du fleuve sont de plus en plus menaçantes. Le fort de Ville-Marie, érigé en mai, risque l’inondation. Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, prie la très Sainte Vierge d’épargner sa nouvelle colonie. Si son vœu est exaucé, il promet de planter une croix en bois sur le mont Royal
Le six janvier 1643, jour des Rois, de Maisonneuve porte solennellement la croix promise et l’érige sur la montagne.
Il ne reste aujourd’hui aucune trace de cette croix, ni même de son emplacement exact.

Pour commémorer le geste de sieur de Maisonneuve, la société Saint-Jean Baptiste décide d’ériger une croix sur la montagne. La croix du Mont-Royal illumine pour la première fois Montréal le 24 décembre 1924.
Tournée vers l’est de la ville, avec ses 30 mètres de hauteur, elle rayonne jusqu’à 80 km de distance. Elle est devenue un repère visuel et un symbole de la ville de Montréal.

En poursuivant votre ascension, d’autres structures apparaissent, imposantes, improbables, défiant le sommet.

Sur le point culminant du mont Royal, s’élève un long tube métallique blanc. Plus loin, on aperçoit une immense structure complexe, rouge et blanche.
L’antenne blanche sert aux communications d’urgence de divers services municipaux. L’antenne rouge et blanche, appelée antenne de Radio-Canada, s’étire sur plus de 111 mètres de hauteur.

Espérons qu’un jour la technologie permettra de supprimer ses structures pour ne laisser que des chênes rouges et des pins blancs s’élever sur le sommet du mont Royal.