Le mont Royal, un territoire-exposition

Accueil /Histoire et architecture /Le site Dawson

  • Fiche découverte
  • Diaporama
  • Audio-Vidéo

Le site Dawson et le village d’Hochelaga

En 1860 des ouvriers au travail à l’angle des rues Metcalfe et Burnside (aujourd’hui le boulevard de Maisonneuve) découvrent des fragments d’ossements humains, de la cendre et des morceaux de charbons d’anciens feux de cuisson, des ossements carbonisés d’animaux, des traces sur le sol d’ancien pieux de maison de bois et des tessons de poterie.
Suite à cette découverte, Sir John William Dawson, directeur du collège McGill (aujourd’hui l’Université McGill) décide de mener un des premiers projets de sauvegarde archéologique du Canada

Il découvre que les tessons de poteries et les artéfacts de pierres datent d’avant l’arrivée des Européens. Sir Dawson est alors convaincu que le site découvert est celui du village d’Hochelaga, l’un des plus grands villages de l’Iroquoisie, visité par Jacques Cartier en 1535.
«Alors commençames à trouver les terres labourées et belles, grandes campagnes pleines de blé de leur terre… et, au parmi de ces campagnes, est située et assise la dite ville de Hochelaga, près et joignant une montagne qui est, sur tout son pourtour, labourée et fort fertile.»
Jacques Cartier, Voyages en Nouvelle-France, 1535

Cependant, encore aujourd’hui, il est extrêmement difficile de certifier si ce site correspond réellement à ce village. Les recherches archéologiques ont bien validé son époque, 1500-1550, mais sa position ne concorde pas à celle décrite par Jacques Cartier.

«Ladite ville est toute ronde et close de bois…
Et il n’y a en icelle ville qu’une porte et entrée, qui ferme à barres… environ cinquante maisons… un millier de gens se rendirent au devant de nous… et nous firent aussi bon accueil que jamais père ne fit à son enfants.»
Jacques Cartier, Voyages en Nouvelle-France, 1535

 

De plus le nombre modeste et la distribution des artéfacts trouvés sur le site Dawson ne correspondent pas entièrement à un village d’une telle envergure.

Néanmoins, que ce site soit réellement ou non ce village, sa collection d’artéfacts exceptionnels contribue à la compréhension de l’histoire archéologique de Montréal.
 

Crédit photo:

Fragment de poterie, 1480-1530
ACC2829.1
© Musée McCord

Pipe, Fin 15ème- début 16ème siècle
ACC2870.1
© Musée McCord

Herminette, 1465-1530
ACC2844
© Musée McCord
 

Fragment de poterie, 1480-1530
ACC2824.2
© Musée McCord

Pipe, fourneau de la pipe, Fin 15ème- début 16ème siècle
M4244, M13333
© Musée McCord

Fragment de poterie, Fin 15ème - début 16ème siècle
ACC2820.1-2
© Musée McCord

Herminette, 1465-1530
ACC2845
© McCord Museum
 

Fragment de poterie, Fin 15ème - début 16ème siècle
ACC2830.3
© Musée McCord

Fragment de poterie, 1480-1530
ACC2829.1
© Musée McCord

Fragment de poterie, Fin 15ème- début 16ème siècle
ACC2823.3
© Musée McCord

Fragment de poterie, fin 15ème - début 16ème siècle
ACC2819.1-4
© Musée McCord
 

Fragment de pipe, fin 15ème -début 16ème siècle
M4289
© Musée McCord

Disques ornementales, fin 15ème - début 16ème
M4300
© Musée McCord
 

Grattoir, fin 15ème-début 16ème siècle
M4355-M4247
© Musée McCord

Fourneau de la pipe, fin 15ème-début 16ème siècle
M13325
© Musée McCord
 

Fourneau de la pipe, 1860-1900
M13360
© McCord Museum