Le mont Royal, un territoire-exposition

Accueil /Art et culture /Symposium international de sculpture

  • Fiche découverte
  • Diaporama
  • Audio-Vidéo

Panneau du premier Symposium internationnal de sculpture en Amérique du Nord

Premier Symposium international de sculpture en Amérique du Nord

Cet événement artistique fut le premier du genre à se tenir en Amérique du Nord. Onze sculpteurs de neuf pays étaient invités à exécuter sans aucune restriction technique, en un même endroit et en un temps limité une oeuvre monumentale. 

«Dans son atelier, le sculpteur est isolé et il ne peut faire que des objets. Nous rêvons tous de faire des grandes œuvres, mais nous n’en avons guère les moyens. Le symposium résout tous les problèmes de communication. En regroupant pendant deux mois une douzaine de sculpteurs venus des quatre coins du monde, il permet une communication entre ces artistes. En leur permettant de travailler à ciel ouvert, à l’endroit même où les œuvres resteront en permanence, le symposium invite les sculpteurs à communiquer avec la nature, à créer des œuvres à l’échelle de l’homme.»

Robert Roussil, sculpteur.

 

Symposium International de Sculptures de Montréal

Date : Été 1964

Type : International

Site : Parc du Mont-Royal

Organisateurs : Robert Roussil, Denys Chevalier, Otto Bengle, Pothier Ferland, Jacques Melançon

Propriétaire des œuvres : Ville de Montréal

Nombre de sculpteurs : 12

 

Sculpteurs :

Irving Burman (Canada)

Augustin Cardenas (Cuba)

Louis Chavignier (France)

Eloul Kosso (Israël)

Krishna-Reddy (Inde)

Josef Phillhofer (Autriche)

Robert Roussil (Canada)

Carlo Sergio Signori (Italie)

Yerassimos Sklavos (Grèce)

Pierre Szekely (Hongrie)

Armand Vaillancourt (Canada)

Shirley Witebsky (Américaine)


 

 

 

Irving Burman, Sans titre, 1964
Calcaire. H: 2,13 m.
Photographe: Marc-André Gagné
© Collection Les amis de la montagne

 

 

 

Augustin Cardenas, Untitled, 1964
Calcaire. H: 3,35 m.
Photographer: Marc-André Gagné
© Succession Augustin Cardenas / Sodrac (2008)

Louis Chavignier, Le Carrousel sauvage, 1964
Calcaire. H: 3,14m.
Photographe: Marc-André Gagné
© Succession Louis Chavignier / SODRAC (2008)

Eloul Kosso, Optimax, 1964
Calcaire et béton. H: 2,94 m.
Photographe: Marc-André Gagné
© Collection Les amis de la montagne

Krishna Reddy, Sans titre, 1964
Marbre. H: 3,32 m.
Photographer: Marc-André Gagné
© Collection Les amis de la montagne
 

Shirley Witebsky, Sans titre, 1964
Marbre. H: 1,82 m.
Photographe: Marc-André Gagné
© Collection Les amis de la montagne
 

Joseph Pillhofer, Sans titre, 1964
Calcaire. H: 3,35 m.
Photographe: Marc-André Gagné
© Joseph Pillhofer / SODRAC (2008)

Robert Roussil, Sans titre, 1964
Tiges de métal et plaques de cuivre. H: 12 m.
Oeuvre détruite
Photographe: Marc-André Gagné
© Collection Les amis de la montagne

Sergio Signori, Sans titre, 1964
Marbre. H: 2.74 m.
Photographe: Marc-André Gagné
© Collection Les amis de la montagne

Armand Vaillancourt, La force, 1964
Photographe: Marc-André Gagné
© Armand Vaillancourt / SODRAC (2008)

 

Pierre Szekely, L'ange de pierre, 1964
Photographe: Marc-André Gagné
© Collection Les amis de la montagne

 

Yerassimos Sklavos, Les soeurs cardinales, 1964
Photographe: Marc-André Gagné

 

4048Kb

Télécharger Adobe Flash Player

1964, Premier Symposium international de sculptures en Amérique du Nord

Été 1964, parc du Mont-Royal.
La maison Smith, alors centre d’art, accueille 12 sculpteurs venus de neuf pays.

Aujourd’hui, faisant face à la maison, 11 sculptures, monumentales et discrètes, forment une impressionnannte collection d’œuvres d’art public.

Au tournant des années 60, partout dans le monde, la sculpture est en pleine évolution. Les artistes explorent les formats, travaillent de nouveaux matériaux et sortent de leurs ateliers.

Robert Roussil, sculpteur québécois, est invité en Yougoslavie en 1961 à un des premiers symposiums internationaux en plein air. À son retour, impressionné par l’événement, il dira : « En permettant aux sculpteurs de travailler à ciel ouvert, à l’endroit même où les œuvres resteront en permanence, le symposium invite les sculpteurs à communiquer avec la nature, à créer des œuvres à l’échelle de l’homme ».
Il participera, au premier Symposium international de sculptures en Amérique du Nord, qui aura lieu ici, dans le parc du Mont-Royal, au cours de l’été 1964.

Pendant deux mois, les sculpteurs vont exécuter sur place les œuvres qui se dressent toujours devant vous.
Si certaines expriment clairement la volonté de s’intégrer au site, de s’y fondre, d’autres semblent fièrement trôner sur leur socle monumental, se croyant encore au musée, mais servant cependant de mur d’escalade aux enfants.

Aujourd’hui, plus de 40 ans après l’événement, quel regard avons-nous sur les œuvres et sur cet héritage? Les sculptures semblent parfois invisibles aux visiteurs, même les plus habitués. D’autres se questionnent sur leur présence, sur leurs auteurs. Quoi qu’il en soit, ces œuvres font indéniablement partie du parc et des richesses du mont Royal.
Partez découvrir les œuvres.

Bonne visite!

 

Des sculpteurs et des œuvres

Été 1964, parc du Mont-Royal, premier Symposium international de sculptures en Amérique du Nord.

Éloul Kosso, Israël. Optimax
Pierre Székely, Hongrie. L'Ange de pierre
Krishna Reddy, Inde. Sans titre
Shirley Witebsky, États-Unis. Sans titre
Irving Burman, Canada. Sans titre
Armand Vaillancourt, Canada. La Force
Augustin Cardenas, Cuba. Sans titre
Geracimo Sklavos, Grèce. Les Sœurs cardinales
Joseph Pillhofer, Autriche. Sans titre
Robert Roussil, Canada. Sans titre, (oeuvre détruite)
Sergio Signori, Italie. Sans titre
Louis Chavignier, France. Le Carrousel sauvage