Ancien Marianopolis : Les amis s'insurgent contre la d├ęcision de la ministre St-Pierre
2009-11-29

Cliquez ici si ce message ne s'affiche pas correctement.

 


 
Conversion de l’ancien Séminaire de philosophie des Prêtres de Saint-Sulpice
 
Les amis de la montagne s’insurgent contre la décision de la ministre St-Pierre de donner son accord au projet immobilier privé avant même que la décision municipale ne soit rendue
 
Montréal, le 29 novembre 2009 – C’est par le biais d’un article du journal vendredi dernier que Les amis de la montagne ont appris que Christine St-Pierre, ministre de la Culture et responsable de l’Arrondissement historique et naturel du Mont-Royal, aurait donné son accord au projet immobilier privé du Développement Cato inc. sur l’ancien site du collège Marianopolis avant même que la décision ne soit prise par le Conseil municipal de la Ville de Montréal.
 
Il s’agit d’un geste très peu orthodoxe sur un dossier des plus controversé de l’histoire récente de la montagne. Depuis 2005, tout projet sur le mont Royal reçoit l’approbation finale de la Ministre seulement après le processus d’analyse et d’approbation municipal. Jusqu’à ce jour, en aucun cas, la Ministre ne s’était prononcée avant le Conseil municipal. Dans le cas du projet de conversion de l’ancien collège Marianopolis, le maire Gérald Tremblay a confirmé aux représentants des Amis de la montagne que la décision du Conseil municipal ne serait pas prise après les élections du 1er novembre considérant la controverse et la complexité de ce dossier et que la Ville prendrait le temps nécessaire pour orienter le projet. Il est donc étonnant d’entendre que la Ministre aurait donné son accord alors même que le nouveau Conseil municipal ne se soit réuni en séance.
 
Cette information est d’autant plus troublante que Développement Cato inc., qui a présenté en consultation publique un projet de construction de 325 unités d’habitation et 671 places de stationnement sur un site historique de grande valeur, n’a toujours pas obtenu de permis pour un changement de zonage, le site étant toujours zoné institutionnel. C’est l’avenir de toutes les propriétés institutionnelles sur le mont Royal qui est en cause car ce projet fera jurisprudence pour les hôpitaux, les universités, les congrégations religieuses qui auront toutes des propriétés à vendre sur la montagne à plus ou moins brève échéance et qui attendent assurément le résultat de la démarche du projet de conversion de l’ancien Séminaire de philosophie qui appartenait aux Prêtres de Saint-Sulpice jusqu’à tout récemment.
 
Est-ce que l’achat sans condition au coût de 46 M $ d’une propriété institutionnelle à un promoteur privé justifierait un traitement différent du dossier ? Si tel est le cas, les citoyens du Québec vont perdre toute leur confiance dans nos structures de participation démocratique.
 
Les amis de la montagne qui n’ont toujours pas vu le projet modifié par le promoteur suite aux consultations publiques s’inquiètent du traitement que la Ville pourra donner à ce projet suite à la sortie de la ministre St-Pierre et considérant que des éléments fondamentaux de la protection de la montagne tels que « la capacité limite à ajouter de nouvelles constructions », le maintien des propriétés institutionnelles sur la montagne et la protection des espaces verts ne sont pas réglés.
 
Ce site est d’une trop grande importance pour la montagne et les projets futurs pour que l’on fasse l’économie d’une planification rigoureuse et transparente en accord avec le Décret gouvernemental et le Plan de protection et de mise en valeur du Mont-Royal.
 
-30-
 
Renseignements :
Gabrielle Korn
Directrice des communications
Les amis de la montagne
514 843-8240 poste 237
 

Nous contacter.