Billet de Sylvie Guilbault sur Cyberpresse
2012-03-26

Cliquez ici si ce message ne s'affiche pas correctement.


Chaque lundi, sur son blogue « Quel avenir pour Montréal? », La Presse publie la réponse d'un blogueur invité à la question « De quoi Montréal a-t-elle besoin ? ». Aujourd'hui, c'est au tour de la directrice générale des Amis de la montagne, Sylvie Guilbault. Cliquez sur ce lien pour trouver copie du billet en ligne. Vos commentaires sont les bienvenus.
 


MONTRÉAL A BESOIN D'UN MONT ROYAL VERT ET ACCESSIBLE

Photo : Ville de Montréal


En 2011, Montréal s’est classé au 22e rang de 221 villes à travers le monde ayant la meilleure qualité de vie selon l’étude annuelle de Mercer. Si la qualité de vie est définie, entre autres, par le caractère unique d’une ville et de ses attraits, la préservation et la mise en valeur du mont Royal est dans ce contexte, une évidence désarmante.

Le mont Royal c’est un parc où, gratuitement, en plein centre-ville, on flâne, ski, patine, jogge, pique-nique, entre en contact avec une nature étonnante. C’est aussi une montagne au cœur de l’Ile. Les grandes institutions sur les flancs de la montagne font en sorte qu’elle est accessible et non privatisée jusqu’aux limites du parc.

Par exemple, du centre-ville on peut traverser le campus de l’Université McGill et se rendre jusqu’au parc du Mont-Royal, une formidable promenade à travers des patrimoines architectural, historique et naturel. Des cimetières Notre-Dame-des-Neiges ou Mont-Royal, le promeneur accède au parc et plonge dans un univers différent de paix et de beauté; la semaine dernière, un renard prenant un bain de soleil y a été filmé.

Le mont Royal, c’est bien plus qu’un parc: c’est une montagne riche d’histoire, de patrimoine, de nature en plein centre-ville unique en Amérique du Nord.

Actuellement, plusieurs grandes institutions sur la montagne sont en mutation: déménagement des hôpitaux Royal Victoria, Shriners, Hôtel-Dieu; agrandissement de l’Hôpital général; vente des propriétés des congrégations religieuses; développement des universités. Notre société doit faire des choix. Un site comme le mont Royal vaut son pesant d’or sachant que nos villes se densifieront de façon exponentielle au cours des prochaines années.

Montréal a besoin d’étendre la montagne dans la ville, préserver des accès publics au-delà du parc, créer des liens piétons et cyclables, entretenir ses bâtiments patrimoniaux, mettre en valeur la silhouette de la montagne dans le paysage urbain.

Si le mont Royal fait partie de notre qualité de vie collective à Montréal, nous devons agir pour le gérer comme une ressource non renouvelable, avec l’obligation de le conserver pour les générations futures.
 

Nous contacter. Se d├ęsabonner.