Communiqué - Pas de référendum pour l'ancien Séminaire des Sulpiciens
2010-11-12

Cliquez ici si ce message ne s'affiche pas correctement.


Pas de référendum pour l’ancien Séminaire de philosophie des Sulpiciens
L’ACCESSIBILITÉ AU MONT ROYAL DEMEURE UN ENJEU IMPORTANT

Montréal, le 12 novembre 2010
– Malgré que le nombre de signatures exigé le 11 novembre dernier pour la tenue d’un référendum sur le projet résidentiel proposé sur le site de l’ancien Séminaire de philosophie des Sulpiciens sur le mont Royal n’ait pas été atteint, l’administration municipale ne peut ignorer l’insatisfaction qui persiste autour de ce projet.

Le projet original qui a été présenté en consultation publique en mai 2009 avait fait l’objet d’une grande controverse.  Depuis, il a été modifié de façon substantielle, réduisant, entre autres, les constructions au volume bâti actuel mais retirant le maintien de l’accès public au site, tel qu’il a toujours été permis du temps du propriétaire précédent, les Prêtres de St-Sulpice.  Les citoyens vivant à proximité qui ont été appelés hier à se prononcer sur le projet par voix de processus référendaire n’ont pas eu droit à une présentation du nouveau projet; seuls des avis dans les journaux et des documents d’information sans plans, ni illustration du projet et rédigés dans un langage difficilement compréhensible aux non-experts en réglementation d’urbanisme ont été mis à leur disposition.

Malheureusement, comme dans bien d’autres dossiers à Montréal, il n’existe pas de lieux communs de discussion et de travail où citoyens et promoteur peuvent travailler en collaboration et en amont à l’élaboration d’un projet. Seules la confrontation et l’opposition au projet ressortent de ces longs processus qui sont  ardus autant pour les promoteurs que pour les citoyens engagés et responsables qui auront à vivre au quotidien avec les nouveaux développements.

L’accessibilité au mont Royal est un enjeu primordial et il a été évacué de ce projet sans plus de négociation et de discussion publique.  Cette situation est d’autant plus inquiétante que ce projet risque de faire jurisprudence pour toutes les institutions en mutation sur le mont Royal.

Les domaines institutionnels sont des espaces à  caractère public et le maintien d’un accès public, lequel peut prendre différentes formes, est fondamental car il a été au cœur de tous les débats sur l’avenir de la montagne depuis 150 ans. Les amis de la montagne vont continuer de demander à l’administration municipale de s’engager à assumer pleinement sa responsabilité de protectrice du mont Royal et de son patrimoine, au nom de l’intérêt collectif. L’organisme va également demander à la Ministre de la Culture et des Communications de mettre en place un régime efficace de protection et de mise en valeur du mont Royal qui réponde avec exemplarité, à sa valeur emblématique exceptionnelle.

-30-

Informations :
Gabrielle Korn
Directrice des communications
Les amis de la montagne
514 843-8240, poste 237

Nous contacter.