Partager
The emerald ash borer wreaks havoc on Mount Royal
L’agrile du frêne est un insecte d’origine asiatique qui s’attaque aux frênes en milieu urbain ou forestier. Le mont Royal et ses milliers d’arbres ont été touchés par cet insecte ravageur dans les dernières années, et cette infestation a des conséquences néfastes sur la biodiversité du territoire. Les amis de la montagne collaborent avec la Ville de Montréal afin de trouver des solutions pour freiner l’impact dévastateur de cet insecte sur les milieux naturels de la montagne.

Mise en contexte

Les frênes sur le mont Royal

Profitant d’une série de perturbations – notamment les coupes de la moralité dans les années 50 et le verglas de 1998 – qui a touché le couvert forestier du mont Royal, les frênes représentent aujourd’hui de 25 à 30% des arbres dans les boisés du parc du Mont-Royal. Depuis les années 90, on a aussi planté un grand nombre de frênes dans les rues et les parcs dans l’ensemble du territoire du mont Royal.

L’agrile du frêne sur le mont Royal : qu’en est-il exactement?

Avec la propagation de l’agrile du frêne depuis son arrivée au Québec en 2008, l’avenir de ces arbres soulève plusieurs questions. L’agrile du frêne est un insecte d’origine asiatique qui s’attaque à toutes les espèces de frênes et mène à la mort des arbres en quelques années. Pour l’instant, il n’existe aucun traitement permettant d’éradiquer l’insecte d’un territoire. Il est toutefois possible de ralentir la propagation de l’agrile et la mort des arbres en traitant un grand nombre de frênes, réduisant ainsi les conséquences de leur disparition.

Comment se propage l’agrile du frêne?

L’agrile est un insecte qui aime la chaleur et qui préfère pondre ses œufs sur les frênes dans des emplacements ensoleillés, soit les arbres de rue ou les arbres isolés sur les pelouses. La majorité des efforts déployés jusqu’en 2016 ont visé ces foyers d’infestation. Les boisés du parc du Mont-Royal, où les frênes profitent de l’ombre d’autres arbres, ont été touchés plus tardivement.

Problématique

Une infestation sans frontières

L’agrile fait des ravages bien au-delà du parc du Mont-Royal, qui ne couvre que 20% du territoire du mont Royal, et touche aussi les milliers de frênes sur les terrains privés et institutionnels de la montagne.

Les impacts sur la biodiversité des milieux naturels de la montagne

Sans traitement, l’agrile finira par entraîner la mort de la majorité des frênes sur l’île de Montréal. La mortalité rapide des frênes présente une menace à la biodiversité du territoire du mont Royal dans la mesure où elle donnera lieu à des trouées dans la canopée qui forme la strate supérieure de la forêt. Ces trouées offriraient des espaces pour des espèces colonisatrices, dont plusieurs sont indésirables, cherchant un meilleur accès à la lumière, ce qui leur permettra de se propager. Afin de réduire les impacts négatifs sur la biodiversité causés par la mort des frênes, il sera essentiel d’effectuer des plantations planifiées et de contrôler la propagation de plantes exotiques envahissantes.

Solutions

Concertation et réalisation d’un plan commun

Les amis de la montagne ont participé avec la Table de concertation du mont Royal à la mise en réseau des grands propriétaires institutionnels (universités, hôpitaux et cimetières avec les instances publiques de Montréal et Westmount) afin de s’assurer que tous prennent part à un plan d’action commun pour traiter les frênes sur leurs propriétés et mener les opérations d’abattage nécessaires. Ce plan pour le territoire du mont Royal a été déployé cet été, et il est espéré que cet effort de concertation se poursuive au cours des prochaines années. 

Traitement pour ralentir et contrer les impacts de l’agrile du frêne

La Ville de Montréal a mis en place un programme de dépistage annuel des frênes du parc pour identifier les arbres touchés et suivre la progression de l’infestation. Lorsque la présence de larves d’agrile est confirmée, le frêne est abattu et enlevé des lieux au cours de l’hiver suivant. La Ville procède au traitement des frênes dans les zones ouvertes du parc depuis 2015. Ainsi, les frênes les plus vulnérables à l’infestation sont protégés en priorité à l’aide du « TreeAzin », un biopesticide qui empêche les œufs d’agrile de s’y développer.
 
La Ville a aussi réalisé, au cours de l’été 2017, un inventaire exhaustif des frênes des milieux boisés du parc du Mont-Royal. Quelque 10 193 frênes d’un diamètre de plus de 15 cm ont été inventoriés, parmi lesquels 6 100 ont été traités. Près de 4 000 frênes seront abattus au cours des deux prochaines années, soit ceux qui sont déjà morts ou dont l’état de santé ne permet pas de traitement.
 
Le même type d’opération – inventaire, traitement et abattage, plantation – se poursuivra sur l’ensemble des grandes propriétés institutionnelles et des cimetières du territoire du mont Royal au cours des prochaines années.

Les travaux auront lieu en trois phases :
  • hiver 2018 : travaux d’abattage dans le bois d’Outremont, au sommet du parc du Mont-Royal et au parc Tiohtià:ke Otsira’Kéhne;
  • automne 2018 et hiver 2019 : travaux d’abattage dans le Piedmont, la fougeraie, la clairière du lac aux Castors et l’entrée Peel du parc du Mont-Royal;
  • 2018 à 2020 : travaux de reboisement dans les différents secteurs.
Pour compenser la perte des frênes et préserver la qualité exceptionnelle des milieux naturels du mont Royal, la Ville plantera près de 40 000 arbres et arbustes d’ici 2020, soit un ratio de 10 végétaux pour un frêne abattu. Le reboisement permettra de refermer les trouées causées par l’abattage, d’éviter que l’espace ne soit occupé par des espèces végétales envahissantes et d’augmenter la résilience de cette forêt en augmentant la diversité des arbres.
 
Ces actions devraient ralentir la propagation de l’agrile sur la montagne et éviter la mortalité massive et soudaine des frênes. Ces opérations d’abattage et de plantations perturberont les boisés et les espaces paysagers de la montagne et exigeront de porter une attention particulière aux travaux pour en réduire au minimum les impacts sur les milieux naturels, les paysages et les usagers.

Le contrôle biologique, une solution alternative au Bois Summit

Il n’existe pas encore de solutions durables pour contrôler les populations d’agriles, mais divers projets de recherche sont en cours en Amérique du Nord, notamment en utilisant des mécanismes de contrôle biologique par des parasites ou des champignons qui affectent l’agrile. Un de ces projets est en cours au Bois Summit à Westmount où des guêpes parasitoïdes de l’agrile sont relâchées pour réduire les populations de l’insecte. Cependant, il faudra attendre plusieurs années avant d’avoir des résultats significatifs.

Que font Les amis de la montagne?

Les amis de la montagne jouent un rôle de premier plan tant sur le terrain qu’avec les divers intervenants de la Ville et de la communauté en effectuant :
  • d’importants travaux de plantations dans le cadre de notre Programme d’intendance environnementale qui priorisera les actions de contrôle des plantes envahissantes dans les zones d’intervention;
  • la mise en place de panneaux informatifs pour informer le public des différents travaux en cours et pour bien encadrer les usagers du mont Royal afin de réduire la pression sur les sols et limiter leurs dégradations;  
  • la sensibilisation et la mise en réseau des grands propriétaires institutionnels (universités, hôpitaux et institutions privées, notamment les cimetières) et des instances publiques (Montréal et Westmount) afin d’élaborer un plan d’action commun pour préserver la canopée du milieu forestier du Mont-Royal;
  • le suivi des actions effectuées et à venir;
  • la participation à l’adoption de meilleures stratégies pour minimiser les impacts de la présence de l’agrile sur le territoire du mont Royal et soutenir la biodiversité de la montagne;
  • la sensibilisation et la mobilisation de la communauté autour de cet enjeu.

Pour en savoir plus

Si vous avez un frêne sur votre terrain, consultez les informations sur l’agrile du frêne publiées par la Ville de Montréal.

Agence canadienne d’inspection des aliments - Fiche d’information sur l’agrile du frêne et sa propagation

Ressources naturelles Canada – Fiche d’information sur les recherches en cours sur l’insecte