Chroniques d'experts

Photo : © Mario Francoeur

Chroniques d'experts

Densifier Montréal : quel équilibre pour la montagne?

Les enjeux liés à la densification de la ville et à la protection de la présence emblématique du mont Royal reviennent couramment dans l’actualité, souvent au rythme du développement immobilier du centre-ville et des quartiers centraux de Montréal ou en fonction de la vision politique des décideurs. Au nom de l’ambition et du rayonnement, la tentation de se hisser au  sommet de la montagne, et même de le dépasser, est toujours bien présente!  Pourtant, il est possible de densifier en respectant le paysage et en mettant en valeur le tissu urbain existant. N’est-ce pas là un trait distinctif de l’attractivité de Montréal? Le respect de notre identité est primordial et nous devons donc faire preuve de vigilance en évaluant et en renforçant les mécanismes qui encadrent les ambitions des uns et des autres. 


Un sommet convoité

De tout temps, le mont Royal a attiré les gens vers son sommet. Selon les époques, cela s’est manifesté de diverses manières, généralement en valorisant la montagne, parfois de façon envahissante ou d’autres fois au péril de ses caractères fondamentaux. Les autochtones s’y rencontraient; les premiers colons français y ont célébré leur arrivée; les riches marchands anglais en ont fait un lieu de villégiature, y ont construit des villas et y ont aménagé des fermes, des vergers et des jardins. Puis les cimetières s’y sont réfugiés; des institutions et des communautés religieuses s’y sont implantées; des collèges, des universités, des hôpitaux s’y sont installés à flanc de montagne. La vocation collective de ces institutions, leurs grands domaines et leur accès public ont assuré une transition entre la ville et la montagne. Tout de même, certains gestes dommageables comme des coupes massives ont suscité l’indignation et il a fallu un mouvement de citoyens très motivés pour  préserver le sommet de la montagne et pour que la Ville en fasse un parc,  inauguré en 1876.  


Néanmoins, les quartiers résidentiels et les fonctions urbaines ont continué de monter vers la montagne, par exemple, dans les années 20,  la rue Redpath Crescent et un peu plus tard, l’avenue Ridgewood. C’est aussi durant les années 20 que l’on voit poindre les premières conciergeries en hauteur, comme le Château sur Sherbrooke ainsi que le Gleneagles et le Trafalgar sur Côte-des-Neiges. Vers les années 60 et 70, les progrès technologiques ayant permis la construction des gratte-ciel au centre-ville de Montréal ont aussi favorisé la construction de tours résidentielles importantes. Plusieurs tours résidentielles ou hôtels de haute taille ont dès lors essaimé le flanc sud de la montagne, le long des avenues des Pins et du Docteur Penfield, le long de Côte-des-Neiges et de la rue Sherbrooke, tels le Regency ou les appartements Port-Royal, entraînant la démolition de bâtiments patrimoniaux de grand intérêt. Tout autour du mont Royal, on a aussi vu se construire d’autres tours résidentielles. Le projet de la Cité Concordia au sud-est de la montagne; l’ensemble du Rockhill dans Côte-des-Neiges; certains développements sur l’avenue Forest Hill, ou encore le long du chemin de la Côte-Ste-Catherine, au sud-est d’Outremont sont des exemples de projets au gabarit important. Qu’avons-nous appris de ces choix d’urbanisation alors que les immeubles patrimoniaux sur la montagne sont convoités pour en faire dans la majorité des cas des projets de densification pour de l’habitation?

Des outils pour protéger le mont Royal

Peu à peu, dès les années 60, la réglementation est devenue plus limitative, en particulier sur le flanc sud du mont Royal. Des préoccupations pour la protection et la mise en valeur de la montagne ont été développées dans les plans d’urbanisme adoptés dans les années 90 par l’arrondissement Ville-Marie et la Ville de Montréal et avec l’attribution en 1987, par la Ville de Montréal, du statut de site du patrimoine à la montagne ainsi que l’élaboration dans les années 1990-1992 du plan de mise en valeur du mont Royal et suivi, une dizaine d’années plus tard, par l’intégration de la “prédominance du mont Royal” au plan d’urbanisme de la Ville de Montréal en 2004 et par la création du comité permanent d’harmonisation de la gestion du Site patrimonial du Mont-Royal en 2007. La déclaration, en 2005, par le gouvernement du Québec, de l’arrondissement historique et naturel du Mont-Royal, renommé, en 2012, Site patrimonial déclaré du Mont-Royal, a donné lieu à un nouveau plan de protection et de mise en valeur adopté par la Ville de Montréal en 2009 et à un plan de conservation produit par le Ministère de la Culture et des Communications en 2018. Ces plans et statuts de protection ont fait ressortir l’importance de la prédominance de la montagne, ainsi que la diversité de ses composantes, via le concept des trois sommets, incluant les sommets du Mont-Royal, de Westmount et d’Outremont, et ont inscrit les fonctions du sacré, du savoir et de la santé des institutions et le prestige des quartiers résidentiels sur l’assise géologique du massif du mont Royal. Ainsi donc, le mont Royal est bien plus que son parc.

Avec ces plans, un certain frein a pu être mis à ces élans de verticalité. Le centre-ville a été resserré et réorienté plus au sud. Les hauteurs ont été en partie limitées à la hauteur du mont Royal et en continuité avec son massif. Les arrondissements ont intégré de telles mesures dans leurs règlements. Un nouvel engouement pour un urbanisme plus adapté à la ville existante a fait en sorte qu’on a misé davantage sur la continuité du tissu urbain dans les milieux résidentiels des quartiers centraux et donc sur des gabarits moins hauts. Pourtant, les pressions demeurent..

Concilier densification et le respect du tissu urbain existant

Dans une perspective de développement durable, le modèle d’urbanisation mis de l’avant de nos jours est celui de la ville compacte, de la reconstruction de la ville sur elle-même, afin de mieux gérer l’espace, de préserver les terres agricoles et les milieux naturels et de rentabiliser les infrastructures et les équipements publics. Pour cela, il est proposé de densifier les milieux urbains existants. Certains avancent même qu’il faut construire encore davantage au centre-ville et le faire plus haut que le mont Royal. 


Or, pour les citadins, le maintien de la nature en ville, comme des caractères culturels et patrimoniaux de leur milieu de vie, est vital. La protection du mont Royal, qui est à la fois un repère identitaire au centre de l’île et un lieu de ressourcement pour les citoyens de la ville et de la région, requiert une très grande vigilance. Pour préserver cet équilibre entre urbanité. nature et culture, il apparaît nécessaire que les actions sur le tissu urbain existant tiennent compte du patrimoine bâti, des paysages naturels et des parcs. À ce compte, la richesse de la présence du mont Royal comme repère visuel doit demeurer un élément distinctif et essentiel du paysage de la ville. Plusieurs villes du monde ont su mettre en valeur une telle richesse patrimoniale et écologique. Montréal doit en faire autant!


Rien n’est acquis : l’heure des bilans a sonné!

Les choix d’aménagement que nous faisons aujourd’hui peuvent avoir des impacts à long terme et nous devons collectivement nous assurer que la densification ne se fasse pas au détriment de nos patrimoines naturels, culturels et historiques. Pour assurer une prise de décision éclairée, un éventail d'enjeux doit être considéré dans une réflexion plus large tout en ayant en main une analyse fine du tissu existant et de la performance des outils pour protéger le mont Royal. La prédominance du massif de la montagne doit guider les futures décisions d’aménagement afin que les générations futures puissent jouir de la présence de ce joyau au cœur de la ville.

Ne manquez pas le prochain article de cette série : La capacité de résilience du mont Royal

Saviez-vous que :

  • Les Amis de la montagne ont participé aux Échanges urbains organisés par Héritage Montréal sur le thème de la densité? Visionnez l’échange!
  • La candidate et les candidats à la mairie de Montréal de 2021 ont participé à un échange portant sur leur vision pour le mont Royal ? Visionnez l’échange!
  • Le conseil municipal de la Ville de Montréal a adopté une déclaration pour protéger les vues sur le mont Royal en 2021? Consultez la résolution et le débat, p.13.

 

Photo : Michael Vesia
Retour

Des amis, ça reste en contact!

Restez à l’affût de ce qui se passe sur le mont Royal avec notre infolettre