Les nouvelles du mont Royal

Photo : © Mario Francoeur

Les nouvelles du mont Royal

Chronique d’expert : Sentiers fermés, écosystèmes en régénération !

Les fidèles de la montagne se buteront peut-être à des sentiers fermés cet automne, mais il faut s’en réjouir. Antonin St-Jean, chef des services de la conservation pour Les amis de la montagne, nous explique pourquoi.
Si les bienfaits des espaces verts ont été ressentis par les Montréalais et Montréalaises en temps de pandémie, l’inverse n’est pas aussi vrai. L’achalandage accru dans le contexte sanitaire et l’intensification des divers usages, incluant ceux qui ne sont pas permis, ont multiplié le nombre de sentiers indésirables sur les flancs du mont Royal. Le résultat : des écosystèmes grandement fragilisés, des sols compactés et des sous-bois dégradés ! C’est dans le but de soigner cette nature souffrante que la Ville de Montréal ferme 3,6 km de ces sentiers entre le 1er septembre et le 15 novembre 2021, pour y planter 4 650 végétaux (arbustes et arbres indigènes). Fidèles à leur mission de protection et de sauvegarde, Les amis de la montagne seront là pour soutenir cette opération et sensibiliser les usagers et usagères.

Un sentier de plus ou de moins, qu’est-ce que ça change ?
Les sentiers ne sont pas tous égaux. Ceux qui sont officiels ont été soigneusement implantés à des endroits où l’impact de leur utilisation est la plus douce sur la flore et la faune du parc. Ce n’est pas le cas des sentiers improvisés. Ceux-ci sont le résultat d’un insidieux effet d’entraînement. Un exemple : quelques personnes sortent des sentiers officiels, histoire de faire un peu d’exploration ou de raccourcir leurs parcours. Ce passage « innocent » abîme et brise les arbustes et les arbrisseaux. Pire encore, il crée un couloir visuel qui incite d’autres passants et passantes à le suivre, l’élargissant progressivement et voilà, un nouveau sentier est né. Le problème est que celui-ci fragmente l’habitat en petites parcelles et fragilise les populations végétales et animales. Il a un effet néfaste sur la végétation par le piétinement direct des plantes. La compaction du sol qui en résulte mène à l’érosion et à l’accumulation de sédiments, qui créent un environnement hostile pour les végétaux. Enfin, les lisières qui se développent à leurs abords sont plus susceptibles d’être envahies par les plantes exotiques indésirables qui ne tardent pas à entrer en compétition avec la flore indigène locale.

L’opération de revégétalisation de la Ville est donc essentielle pour restaurer la santé des milieux naturels de la montagne. Les zones de régénération sont reconnaissables par l’installation de clôtures et de panneaux de signalisation temporaires, ainsi que la présence accrue des Amis de la montagne. Nos kiosques d’information et patrouilles contribueront à informer les personnes qui fréquentent les lieux et à les sensibiliser aux enjeux environnementaux et à l’effet cumulatif des gestes qu’ils posent.



Les deux secteurs du parc Mont-Royal où les sentiers informels seront fermés pour revégétalisation

Donc, que vous vous déplaciez sur deux pattes, quatre pattes ou deux roues, ne sortez pas des sentiers battus — pour l’amour de la montagne !

Pour en savoir plus, consultez  l’annonce de la Ville de Montréal

Retour

Des amis, ça reste en contact!

Restez à l’affût de ce qui se passe sur le mont Royal avec notre infolettre